LE MATERIEL

  LES FOURNITURES

soie blanche

pinceaux
 
 

crayons, burettes, gutta

 

Vous avez besoin de plusieurs choses :
  • de la soie (le "pongé" de grosseur 5 à 9 est le plus facile à travailler),
  • de la peinture spéciale pour la soie, qui peut se fixer à la vapeur ou au fer à repasser,
  • des pinceaux, j'en choisis 5, un pour les rouges, un pour les bleus, un pour les jaunes, un pour les marrons, un pour les verts,
  • de la gutta pour délimiter vos dessins,
  • des burettes et des plumes pour dessiner à la gutta,
  • de l'essence F pour diluer la gutta,
  • de l'alcool à brûler pour faire le coupage
  • du coupage (fait de 50 % d'eau et 50 % d'alcool),
  • des métiers de différentes grandeurs, des punaises pour fixer votre soie sur le métier,
  • plein de petits pots de verre afin de mélanger vos couleurs,
  • un crayon auto-effaçant pour préparer vos dessins,
  • de la cire et de quoi la faire chauffer si vous voulez faire des réserves dans vos compositions,
  • des cotons tiges, du coton, des pinces, des chiffons, des plastiques pour protéger votre plan de travail.

Il y a toute une gamme de livres qui vous expliquent les différentes façons de procéder.
 


  LES SOIES

Les différentes sortes de soie :
 
Bengadoup Jersey Pongé Taffetas
Bourrette Mousseline Shantung Toile de soie
Crêpe de Chine Moussedoup Soie sauvage Tussor
Doupion Organza Soie indienne Twill

On choisira de préférence une soie blanche (ou grège pour certaines textures), vous pouvez également utiliser des soies de couleurs claires, si vous le désirez..

Je choisis le pongé 9 pour les dessins à la gutta, le pongé 9 ou 7 pour le sel et le pongé 5 pour le marbré, le pongé 9 pour les dessins au pochoir sur antifusant.




  LES METIERS

La soie doit être parfaitement tendue si l'on utilise les techniques : du serti, du sel, du pochoir ou de l'aquarelle. Pour cela il faut tendre le tissu sur un métier prévu à cet effet. Il y en a de plusieurs sortes.

Les métiers à tension réglable
cadre réglable
  • La tension réglable permet de retendre la soie sans avoir à la décrocher
  • Le métier ci-contre est composé de six barres (bois tendre pour les barres qui supportent les punaises)
  • Les deux barres de la longueur sont enserrées dans deux fois deux barres de la largeur maintenues par quatre vis et écrous à oreilles par double barre
  • Ce système est facilement réalisable soi-même
  • La soie est fixée sur deux côtés seulement
  • Elle est tendue par des punaises sur la première double barre, serrez les vis
  • Le côté opposé est tenu à son tour sur l'autre double barre
  • Tendre la soie en faisant glisser la double barre sur les barres simples de la longueur
  • Serrer les vis et écrous à oreille
  • Lorsque la soie est mouillée et se détend le travail est facilité par ce genre de métier. Il faut alors la retendre en glissant l'une des deux double barre
  • Différentes longueurs sont possibles pour le même métier, ce qui est pratique si vous faites un coussin de 45 x 45 et ensuite un foulard de 150 x 45.

  Les métiers à tension non réglable
cadre non réglable
  • Les barres crantées doivent être en bois assez tendre pour faciliter la pénétration des punaises, mais assez résistantes pour ne pas se déformer sous l'action de la tension
  • Le sapin bien sec convient parfaitement
  • Ce métier a le mérite de pouvoir être fabriqué par l'utilisateur
  • Il est démontable facilement
  • Je l'emploie plutôt pour les petites pièces de soie
  • La mise à dimension se fait par simple emboîtage
  • La soie est tendue sur les quatre côtés avec les punaises.

   Fixation par punaises
position des punaises
  • Posez une punaise tous les 3 cm environ.
  • Commencez par le milieu d'un côté,
  • Tendez ensuite la soie sur un côté perpendiculaire au premier.
  • Continuez ensuite en diagonale en tendant le troisième et le quatrième côté.
  • Quand l'opération est terminée, la soie ne doit présenter ni poche ni pli et être parfaitement tendue
  • Dans tous les cas, il faut des punaises qui peuvent s'enlever facilement tout en ayant une bonne tenue.

Les punaises dites " baïonnettes " ont la pointe d'une grande solidité, mais préfèrez les punaises dites "d'architecte" à trois pointes. Elles ont l'avantage de comporter trois pointes d'ancrage et de pouvoir s'enlever facilement avec le petit levier fourni dans chaque boite.

Les griffes  sont des crochets à trois griffes, montés sur élastique. On utilise ce procédé lorsque la soie est déjà ourlée. Mettre les griffes dans l'ourlet, je trouve cependant que la soie n'est pas aussi bien tendue qu'avec les punaises d'architecte sur les métiers règlables.

Nouveauté : Un métier métallique "Easy Fix" d'ARTY'S transformable, de différentes longueurs si vous voulez acheter des barres supplémentaires, jusqu'à 94 x 94 cm. La soie s'accroche avec des crochets à griffes sans élastique mais à fixage dur et modulable sur les barres métalliques pleines de petits trous.

Préparation du métier (j'utilise le métier réglable ci-dessous)

soie tendue
La soie est maintenue sur deux côtés.
  • Recouvrez les montants transversaux d'un ruban adhésif large, marron, que l'on changera de temps en temps
  • Il empêche la peinture de pénétrer dans le bois et de tacher les nouvelles soies.
  • Aux bords intérieurs de ces montants, collez une bande de ruban adhésif (1 cm) double face : il maintiendra la soie entre les punaises. 
  • Posez la soie sur cette bande adhésive légère
  • Répartissez les punaises tous les 2 ou 3 cm
  • Les deux punaises externes sont renforcées par une punaise baïonnette, enfoncée en son milieu.
  • Préparez le deuxième côté
  • Retendez la soie en glissant les montants de la longueur dans les montants transversaux
  • Serrez bien les vis car la soie doit être bien tendue.
détails de fixation par punaises
  • Détails


LES COULEURS

 Trois couleurs primaires 
bleu, jaune, rouge
petits pots de peinture Les couleurs utilisées en peinture sur soie sont concentrées (elles se nomment couleurs pures) et peuvent être mélangées entre elles. 

Les couleurs se mélangent avec leurs teintes complémentaires mais aussi avec les autres. 

J'utilise les couleurs pour soie et laine "Kniazeff" d' Ateliers Créatifs, que j'éclaircis avec le "coupage". Elles sont à fixer en étuve vapeur.

couleurs secondaires Les couleurs complémentaires

Trois couleurs sont à la base de toutes les autres :  le bleu, le jaune et le rouge. 

Ces couleurs sont pures, à savoir qu'elles ne sont le fruit d'aucun mélange. Le violet, l'orange et le vert sont issus de la combinaison de deux couleurs primaires. Le violet naît du mélange de bleu et de rouge, l'orange du rouge et du jaune, et le vert, du mélange de jaune et de bleu. 

Lorsque vous ferez vos mélanges, n'oubliez pas que l'intensité du jaune n'est pas aussi grande que celle du rouge ou du bleu.

Prévoyez en conséquence une quantité au moins deux fois plus grande de jaune, que de rouge ou de bleu.

Apposé à côté du jaune, le violet intensifie les effets du jaune (et vice-versa). L'orange intensifie le bleu et le vert rend le rouge plus éclatant. On peut modifier à l'infini le mélange de deux couleurs primaires et obtenir ainsi une grande palette de tons différents.

Pour commencer, il serait bien de choisir quelques couleurs différentes (il y a beaucoup de tons différents dans le commerce), mais n'hésitez pas à mélanger vos couleurs.

Je prépare mes couleurs en les mélangeant et je teste toujours avec un coton tige, en posant une goutte de chaque couleur sur du papier blanc devant chaque petit pot correspondant. Ainsi il est plus facile de ne pas se tromper de couleur.

Je conseillerais d'acheter, pour débuter, en petites quantités : un bleu clair, un bleu foncé, un rouge clair, un rouge foncé, un jaune d'or, deux sortes de verts différents, deux marrons et un noir : cela fait dix couleurs différentes ; en les mélangeant vous obtiendrez une multitude de tons variés.

A chaque fois que vous effectuez un mélange, gardez-le dans un nouveau petit pot (genre petit pot de bébé ou petit pot de sauce en verre) et étiquetez.

Vous pourrez vous en resservir, ne jamais remettre le mélange dans la couleur pure.
nuancier Le nuancier

Préparez votre nuancier avec vos couleurs pures, sur une chute de soie. 

Tracez des traits à la gutta (laisser sècher) afin de séparer vos couleurs. 

Posez vos couleurs dans les carrés, laissez sècher.

Indiquez sur chaque couleur son nom au crayon indélébile

Fixez cette soie qui vous servira de référence pour préparer vos mélanges.

"Pratique des couleurs pour peindre à l'aquarelle sur soie, L'aquarelle sur soie" 

de Lydie Ottelart - © Manu Presse-Dessain et Tolra

  • Le jaune
On peut le nuancer à l'aide d'une petite quantité de brun (vieil or) et le réchauffer avec du rose magenta (jaune d'or et orangé). En y ajoutant du violet, on obtient sa nuance ombrée. Avec différents bleus le jaune donne des verts tendres. Il se mélange au noir pour donner un vert foncé (kaki). 
Attention - couleurs très fusantes
Pour le jaune et ses dérivés
Ces couleurs pures ou dégradées sont parfaites pour passer des fonds unis. Mais pour tout ce qui est détails dans vos futures aquarelles sur soie, ces couleurs se décomposent, le jaune fusant plus vite que sa ou ses composantes.
  • Le rose magenta
Vivant et lumineux lorsqu'il est suffisamment dilué, sinon il paraît foncé. Avec un peu de jaune il devient rouge ; mélangé au bleu on obtient un violet foncé. Encore une fois, suffisamment dilué au coupage, avec le jaune il donne des couleurs claires à haut degré de transparence. 
Attention - couleurs redoutables
Pour le rose et ses dérivés
En raison de la forte pigmentation du rose, les couleurs qui en contiennent sont traçantes, impossibles à enlever en cas de mauvaise dilution, et de mauvaise utilisation. Couleurs non fusantes pour détails.
  • Le bleu cyan
Avec un peu de rose magenta et très dilué, ce bleu est apte à illustrer les ciels. Presque pas dilué avec du magenta, il devient outremer foncé. 
Attention - couleurs traçantes
Pour le bleu et ses dérivés
Par leurs caractéristiques, ces couleurs se situent plus près du rose que du jaune, bien que plus faciles à maîtriser que le rose. L'utilisation du bleu dans les tableaux peints sur soie présente un inconvénient, car cette couleur, même bien fixée, passe à la lumière.
  • Le noir
On pense que le noir sert à assombrir les autres couleurs ; dans ce cas, on obtient des tons rabattus ; mais le mélange de noir donne vite ce qu'on appelle des "couleurs sales". Mieux vaut mélanger les trois primaires entre elles. Les gris obtenus sont plus riches en couleurs. Par principe, en peinture, certains n'emploient jamais le noir.

Mais en aquarelle sur soie, le noir pur est souvent utilisé pour les tout premiers plans et les détails (voir les crépuscules), car c'est une couleur très marquante.

  • Et le blanc
Pas de blanc ! Rien n'est plus blanc que la soie elle-même. Il doit être réservé avec soin, il existe maintenant de la gutta blanche (à l'eau) qui peut rendre bien des services, bien sûr il y a la gutta transparente (à l'essence)."

 

A retenir :

L'eau éclaircit - l'alcool fait fuser

Les fonds

La soie que l'on achète est blanche. Dans certains cas, il est plus facile de peindre un fond coloré sur toute la surface avant de commencer le décor. Ce fond peut être uni, dégradé de la couleur au blanc, ou bien d'une teinte à une autre. Dans tous les cas, le secret de la réussite est la rapidité d'exécution. La soie doit être bien tendue sur un métier.

Fond uni

Il est important de préparer suffisamment de couleur pour couvrir la surface de la soie. Préparer plusieurs tampons de coton tenus avec une pince à dessin. Procédez alors par bandes de couleurs que vous appliquerez généreusement de haut en bas en inclinant le métier, de manière à ce que la peinture ne fasse pas flaque. Utilisez un tampon de coton sec pour absorber le surplus de couleur si besoin est.

Il est possible de tremper la soie dans un bain de colorant (préparer le double de quantité de colorant pour cette opération) ; tremper entièrement la soie dans le colorant quelques secondes, l'essorer et la faire sècher sur un fil. Il est nécessaire de mettre des gants de caoutchouc pour protéger ses mains pour ce travail. Une fois sèche, tendre la soie sur un métier et procéder à la suite de la décoration.

Fond dégradé

Peindre avec plusieurs couleurs exige d'être rapide, afin que les transitions de couleurs ne soient pas visibles. N'hésitez pas à les estomper en vous servant d'un tampon de coton sec. Il faut commencer par la teinte plus claire et finir par la teinte plus soutenue. Il faut travailler vite.

Utilisez de préférence du coton serré dans une pince à dessin pour chaque couleur. La couleur produit des auréoles foncées en butant sur la soie sèche. Ce n'est pas ce que l'on recherche pour un fond, chevauchez vos couleurs. Vous pouvez garder le même tampon en changeant de couleur, cela peut donner aussi un beau dégradé, mais vous ne pouvez plus revenir à la couleur claire.

Vous pouvez essayer de mouiller légèrement toute votre soie avant de passer la couleur, soit avec du coupage,  soit avec de l'eau mais alors la couleur fuse moins. Un dégradé raté comporte des auréoles et des bandes de raccordement plus foncées. Il est pratiquement impossible de les faire disparaître. Vous pouvez essayer de reprendre le fond si la soie est encore mouillée. Revenez en arrière et reprendre le même travail.

Nettoyage des pinceaux

Après chaque utilisation il est nécessaire de nettoyer ses pinceaux. Je n'ai pas trouvé la façon idéale afin que le pinceau ne retienne plus une goutte de peinture, c'est pourquoi j'ai 5 pinceaux (un pour les jaunes, un pour les marrons, un pour les bleus, un pour les rouges et un pour les verts). Nettoyez les pinceaux avec de l'eau et du savon et rincez beaucoup, ou les tremper dans de l'alcool, les suspendre la pointe en bas avec des pinces à linge ou bien sur un support spécial.

retour